#
Innov
ation
Sociale
# Innovation sociale
Médiation sociale

Créer et réparer le lien social. Résoudre les conflits de la vie quotidienne. Ces deux missions sont celles de la médiation sociale. Face à ces moments de fractures, face à des petits riens mais qui à force pourrissent la vie (musique trop forte dans l’immeuble, incivilités dans les transports), la médiation sociale a pour objectif d’apaiser. Un médiateur professionnel est donc une tierce personne, indépendante des parties en présence et qui par son action permet de faire revivre le lien social. Cette indépendance est assurée par une charte déontologique, un référentiel.

Ces médiateurs, ils travaillent au sein de différentes structures, associations ou entreprises. La plupart d’entre elles sont regroupées au sein de France Médiation, une structure créée en 2008. Car le métier est récent, massivement apparu grâce aux emplois-jeunes. Quand ce programme gouvernemental s’est arrêté en 2002, il a fallu prouver l’utilité et l’efficacité des agents présents sur le terrain. Aujourd’hui, au-delà des collectivités territoriales, ils travaillent pour des bailleurs, sociaux ou non, des entreprises de transports en commun, etc.

France Médiation permet aussi de travailler à grande échelle. Un exemple : le projet de médiation qui se met en place dans les collèges. Suite à un travail mené notamment autour des travaux d’Eric Debarbieux, les médiateurs interviennent désormais sur la question de la violence et du harcèlement en milieu scolaire, mais aussi sur celle du rattrapage. Un travail qui se fait en lien avec les équipes éducatives et les familles, en particulier autour du thème de l’absentéisme. Les médiateurs contribuent à créer un lien entre les familles et l’établissement, hors des sanctions mais dans le dialogue. L’expérimentation a été faite sur 40 sites, soit 160 établissements, un peu partout dans le pays. Il sera évalué d’ici décembre 2014 mais les premiers retours témoignent d’un travail qualitatif et d’effets viables qui améliorent les résultats scolaires, à condition que le projet soit bien approprié par tous et que le recrutement et la formation soient de qualité.

Mais que faut-il penser de l’augmentation de ce besoin de médiation ? On ne peut donc plus se parler sans avoir besoin d’un tiers ? Pour Laurent Giraud, le directeur de France Médiation, il est évident que « la société mute, évolue. Parfois, c’est de manière positive mais parfois ça va vite, très vite, trop vite et ça engendre des tensions. On constate une difficulté à faire société, une montée de l’individualisme. La médiation, c’est un outil qui apporte du liant, du collectif. Certains référents ont sans doute disparu, contribuant à un plus grand isolement pour certains. C’est pourtant un besoin que de vivre ensemble. Ce qui est inquiétant, c’est la pauvreté. Certains n’ont plus les moyens ou la force de profiter des possibilités. Il faut travailler au plus près de ces populations. »

 

Le site de France Médiation

Réagir >
fb TWEET Linkedin
Revenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

*