#
Environ
nement/
Climat
# Environnement / Climat
Dossier LES TRANSITIONS
ratprapee

On a besoin de voir des réalisations concrètes et d’entendre les gens qui les conduisent pour donner des « contours » à la transition énergétique. L’Agence parisienne du climat s’est engagée dans ce sens en proposant régulièrement des visites de sites où des travaux emblématiques ont été conduits. Dans le cadre de la Fête de l’énergie, c’est la Maison de la RATP qui ouvrait ses portes à Paris le 10 octobre dernier avec un programme aux résultats sonnants et trébuchants : une réduction de 50 % de la consommation d’énergie en six ans*.
La visite était animée par Fabrice Fourioux (conseiller info à l’Agence Parisienne du Climat) et Grégory Rohart (chargé de mission développement durable SEDP, filiale de la RATP). Leur présentation passionnée a bien montré que tout dossier technique – aussi important soit-il – ne réussit que s’il s’accompagne d’un changement des comportements, à tous les niveaux…  Cela concerne les décisions des directions, le travail en équipe, les habitudes de chacun (la température du lieu de travail, les ordinateurs allumés toute la nuit).

Explorer les usages… donne de bonnes idées !

Construit en 1995 par les architectes Sirvin Guerrier et associés, le bâtiment compte neuf étages, 56 000 m2 de bureaux sur les 90 000 m2 existants occupés par 3 000 personnes environ avec des utilisations très différentes les unes des autres : restaurant d’entreprise, commissariat de police, salle de sports, services de sécurité, salles informatiques.

Engager la réduction de l’empreinte énergétique d’un tel immeuble a demandé de fonctionner sur un mode transversal. On a senti, tout au long de la visite, le désir de Grégory Rohart de communiquer sur « ce qui fait que ça marche » : la façon de parler du projet au sein de l’entreprise, le pragmatisme, la présence sur le terrain, l’écoute des contraintes des uns et des autres (l’aspect financier, le respect du confort, les obligations liées à la sécurité), les bénéfices d’un travail commun entre les différents spécialistes qui a fait émerger des solutions.

Parmi les fondamentaux : l’analyse des usages des occupants. L’équipe est allée les voir dans leur environnement, observant et discutant de leurs pratiques, de leurs besoins. Puis, la conduite du projet s’est appuyée sur la logique Négawatt – sobriété, efficacité et recours au renouvelable – pour creuser les gisements détectés par l’audit. La gestion technique du bâtiment s’est transformée, le toit s’est végétalisé, l’éclairage est passé au LED, de nombreux aménagements et réglages sont intervenus et des trouvailles ont émergé comme ce groupe froid « révolutionnaire » qui permet à lui tout seul une économie de 110 000 euros par an, ses « boucles » réduisant le coût de climatisation tout en produisant de la chaleur.

ratp groupe froid dessin

 Le fonctionnement du groupe froid, image vidéo Ticket to Kyoto

 

Et comment on fait pour donner envie de changer ?

Une action bien menée se couronne de succès et cet exemple convaincant va certainement inspirer d’autres entreprises, être appliqué à d’autres immeubles. Il reste aussi un pan important qui nous intéresse évidemment en termes de communication : comment « passer » au grand public ? Comment arriver à ce que le plus grand nombre soit informé pour que les économies d’énergie sur le lieu de travail entrent dans les mœurs au quotidien. On y travaille…

 

* Une démarche globale d’optimisation a permis de réduire de plus de 50 % la consommation d’énergie entre 2007 et 2013. Ainsi, pour un montant total de travaux de 2M€, la consommation totale est passée de 25,6 GWh à 10,5 GWh. Plus de 14GWh sont économisés chaque année, soit une dépense évitée d’environ 750k€ et 1500 tonnes d’équivalent CO2.

 

Réagir >
fb TWEET Linkedin
Revenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

*