#
Aména
gement
urbain
# Aménagement urbain

paris-budget-participatifDepuis quelques années, les exemples de budget participatif essaiment un peu partout dans le monde et titillent ma curiosité. Les habitants de Porto Alegre ont été les premiers à tester le principe : depuis 25 ans, ils sont aux manettes d’une partie du budget municipal et choisissent quels projets (sociaux, éducatifs, culturels…) ils souhaitent voir éclore dans leur ville. En France, jusqu’ici, les cas pratiques de budget participatif proposés par des collectivités étaient rares et/ou de  faible envergure, me laissant un peu sur ma faim.

Mais la vague de l’innovation démocratique a fini par toucher la France, après Lisbonne et New-York. En septembre, 40 000 Parisiens, de tous âges et nationalités, ont voté pour 9 projets (parmi 15) qu’ils jugeaient intéressants à Paris dans les domaines de l’environnement, de l’aménagement urbain, de la culture, des loisirs…

A noter, une dominante dans les projets soutenus cette année : ils sont majoritairement en faveur du développement de la nature en milieu urbain. Je suis curieuse de voir ce que réserveront les projets de 2015, qui seront cette fois proposés par les Parisiens. En tout cas, c’est un pas de plus dans le sens de l’ouverture et de l’association des habitants aux dépenses publiques.

Et pourquoi, ça me plaît ?

  • Bien au-delà de la consultation, c’est une véritable délégation  de pouvoir décisionnel aux habitants qui remet en cause l’idéologie républicaine selon laquelle l’élu est le seul décisionnaire
  • Le budget participatif de Paris doté de 20 millions d’euros d’investissement pour 2014, 71 millions pour 2015 et 426 millions d’euros au total entre 2014 et 2020 (5 % du budget d’investissement de la ville)
  • 40 000 Parisiens ont adhéré au projet, cela constitue une expérience tout à fait tangible (ils n’étaient que 3 000 votants à Lisbonne pour le premier budget participatif et 13 000 à New-York)
  • La dynamique  d’évolution démocratique est enclenchée et dès janvier 2015, les projets viendront directement des habitants. Ils seront accessibles en ligne sur un site dédié
  • L’opération n’est pas budgétivore, elle demande de mettre en place une procédure de vote et de communiquer ! En matière de communication, Paris a opté pour la pédagogie et la simplicité, prouvant qu’une question aussi compliquée que celle du vote du budget peut être rendue claire, voire même séduisante, aux yeux de tous.

L’expérience rencontre évidemment quelques détracteurs (pas assez de budget ou de participants, des projets présélectionnés par la ville…) mais elle a le mérite d’ouvrir une voie en rendant le budget participatif concret à chacun. Quelles seront les prochaines villes à se lancer et comment le feront-elles ?

Réagir >
fb TWEET Linkedin
Revenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

*